Clovis Cornillac

Vous êtes un fan inconditionnel de Clovis Cornillac ? Vous le destez ou n'en avez jamais entendu parler ? Venez sur le premier forum de discussion sur Clovis Cornillac !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Les chevaliers du ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bliss
Agent de Clovis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 649
Age : 32
Localisation : 62
Date d'inscription : 22/11/2006

MessageSujet: Les chevaliers du ciel   Sam 24 Fév - 16:56

Le casting est un point fort du film. Comment vous êtes-vous retrouvés tous ensemble sur le projet ?

Benoît Magimel

Les producteurs m'ont parlé du film alors qu'il n'était pas encore écrit puis j'ai rencontré Gérard. Je trouvais l'idée très séduisante. Le fait que Gérard soit un passionné d'aéronautique, qu'il pilote lui-même et qu'il ait énormément d'expérience vécue en ce domaine, me donnait le sentiment que cela allait être un film important pour lui, auquel il donnerait une dimension plus personnelle qu'aux précédents films de genre qu'il avait réalisés. Le choix de mes partenaires a aussi été décisif pour moi. Tout était réuni pour me donner envie.

Clovis Cornillac

Je me suis dit qu'il y avait peu de films de cet ordre-là en France. Et puis c'est ce type de films qui m'a fait aller au cinéma quand j'étais gamin, et qui m'a permis ensuite de découvrir des films plus pointus. Je suis assez gourmand de ces films d'action bien fichus, dont l'objectif fondamental est de divertir. Je ne ferai pas que cela dans ma vie et de toute façon, il n'y a pas beaucoup de rôles comme celui-là à tenir…

Philippe Torreton
J'avais toujours rêvé de participer à un film d'action et d'aventures. J'avais beau le crier sur tous les toits et à longueur d'interviews, mais voilà, j'ai une réputation d'acteur intello qui fait du théâtre, alors qu'en fait, j'adore plein d'autres genres. J'étais donc déjà heureux que les producteurs et Gérard Pirès pensent à moi, et encore plus heureux que ce soit pour jouer un scénario comme celui-là, avec de l'action, mais aussi des images que l'on n'aura jamais vues auparavant. Les moyens qui ont été donnés à ce film sont au service d'une histoire qui nous concerne tous, dans le sens où elle véhicule pas mal de choses malheureusement propres au monde dans lequel on vit : la menace terroriste, les ventes d'armes, les compétitions entre pays pour obtenir certains marchés, etc. Je trouve que c'est assez intelligent d'avoir réussi à regrouper tout ça, sans que l'action ne l'emporte sur la dramaturgie et inversement. Je trouve que le cocktail est vraiment bien fait. Donc, j'avais toutes les raisons de dire oui.

Alice Taglioni
J'étais convaincue avant même de lire le scénario ! Il faut dire que j'ai été baignée dans ce milieu par mon grand frère. En effet, depuis qu'il a 4 ans, il est fou d'avions de chasse, notamment du Mirage 2000. C'était son rêve et il ne parlait que de ça. Il est vrai que, en voir un de près, monter dedans et même faire un vol en Alpha Jet comme on a pu le faire avec Clovis et Benoît, c'était un rêve inaccessible qui s'est réalisé. Pour tout dire, c'était génial… Et puis c'était un vrai film d'action et pas seulement un film de mecs avec des avions ! Il y avait de la place pour les rôles féminins et l'intrigue semblait palpitante.

Vous n'avez pas eu peur que les avions soient les vrais héros du film ?

Benoît Magimel

Non, pour moi, la consistance et l'étoffe des personnages constituent l'argument principal d'un film d'action réussi… Si vous n'êtes pas dans l'humain, à quoi bon prendre des acteurs ? Les machines n'ont pas de sentiments. Sans personnages, on finit par s'ennuyer, cela devient conceptuel. Les personnages ont été notre préoccupation principale pendant l'écriture et tout le monde s'est investi dedans. De toute façon, l'histoire est toujours l'enjeu numéro 1 et c'est grâce aux émotions que l'on fait le voyage.

Clovis Cornillac
Les avions ont certes un rôle prépondérant, mais cela ne m'a pas fait peur. Les avions font bien partie des personnages principaux du film, mais on sait bien que tout l'enjeu dépasse la simple description de ces avions. Si l'on veut juste voir des avions voler, autant regarder un beau documentaire sur l'aviation ou sur l'Armée de l'Air. En revanche, si l'on fait un film, il faut pouvoir identifier et incarner celui ou celle qui est dans l'avion. Et tout notre travail consiste en cela.

Géraldine Pailhas
Je ne m'étais pas posé la question. Ça me semblait évident et Gérard Pirès me l'a confirmé, ses acteurs ne seraient pas là juste pour faire joli même si nous ne sommes plutôt pas trop moches dans le film !

Alice Taglioni
Et j'ai même l'impression que la part des comédiens est énorme. Les avions, c'est exactement comme la combinaison de pilote : ça aide juste à rentrer dans son rôle. Dans le film, je suis très souvent en pilote et dès que je m'habille comme ça, j'ai presque l'impression d'y être ! Quand en plus, il y a le Mirage 2000 à côté… c'est une aide formidable. C'est plus dur quand il faut jouer vraiment et qu'il n'y a plus le support des avions.

Philippe Torreton
De toute façon, on ne voit jamais le personnage de Bertrand dans un avion de guerre ! S'il prend un avion, c'est un Falcon, pas un Mirage. Il n'est pas au cœur des forces vives comme Benoît ou Clovis. Il est plus dans l'aspect théorique, proche du commandement. Donc il a encore d'une certaine manière plus de “matière”, je trouve, par rapport à d'autres rôles, parce que c'est compliqué de jouer le mystère. Et mon personnage en déborde…

A propos des personnages, justement. Pourquoi Marchelli et Vallois, et non plus Tanguy et Laverdure ?

Clovis Cornillac

Je crois que Gérard n'était pas très chaud pour adapter les personnages de l'époque, le côté un peu Pompidou, un peu vieillot… Quant à moi, c'est simple : je ne connaissais la BD que par son titre. Donc pas d'attachement à Tanguy, au contraire… Depuis l'époque de « Tanguy et Laverdure », le métier de pilote a évolué, la technique a évolué, les enjeux et les menaces ont changé… Il semblait logique que Tanguy et Laverdure aient changé eux aussi.

Benoît Magimel
Ce qui nous a plu, c'est le tandem entre les deux pilotes. Marchelli me semble d'abord indissociable de Vallois. On a d'ailleurs essayé de construire ensemble leurs identités pour aboutir à une histoire d'amitié entre deux personnages très différents, mais très complémentaires.

Clovis Cornillac
Il y a ce que l'on pourrait appeler deux héros, enfin deux images de héros, qui sont donc Marchelli et Vallois. Moi, je fais Vallois et Marchelli, c'est Benoît. Il incarne un personnage qui est plus secret, une espèce de beau gars un peu dense et moi, je suis le type un peu laid et un peu grande gueule ! Honnêtement, je pense que Benoît et moi, en tant que couple, ce n’est pas une mauvaise idée en soi ! A l'image, nous sommes très différents dans notre manière de jouer par exemple, mais on reste très complémentaires. On a un rapport amical, franc et quand on a eu envie de changer des choses, ça s'est fait sans problème. Et en dehors du tournage, on s'aime bien, alors…

Quelles ont été vos impressions quand vous avez approché le milieu des pilotes et de l'armée ?

Benoît Magimel

On a bénéficié d'une longue préparation au cours de laquelle on a effectivement pu rencontrer beaucoup de pilotes, d'officiers… Franchement ils ont été impeccables ! Ils croyaient à fond au projet, nous ont beaucoup aidés, on n'a jamais eu l'impression d'être avec des militaires, en fait !

Clovis Cornillac
Tout à fait. Je ne suis pas quelqu'un de militariste, loin de là… Mais ce qui est frappant dans ce milieu, c'est la passion qui les réunit. Pilote de chasse, ce n'est pas n'importe quel métier. Ou plutôt, c'est un métier et une passion. Sur ce point, ce ne sont pas des métiers très différents des nôtres. Si l'on n'est pas mûs par quelque chose qui nous passionne, ce n'est vraiment pas la peine d'essayer. Le fait de voler m'a fait comprendre l'état de liberté hallucinant dans lequel pouvait se retrouver un pilote. J'ai d'ailleurs eu l'occasion de tenir le manche pendant le vol. C'était merveilleux.

Benoît Magimel
La plupart du temps, ils ont ce désir de voler, de toucher le ciel depuis leur enfance. On ne devient pas pilote par hasard. On peut donc comprendre quelle tragédie traversent ceux qui se voient exclus de l'Armée de l'Air pour une faute qu'ils n'ont pas commise, ce qui arrive dans le film à nos personnages. Cela résonne comme une trahison et je trouvais important de bien le faire ressentir dans le film.

Philippe Torreton
C'est assez hallucinant de pénétrer dans ce milieu-là. Ce n'est pas tellement les avions eux-mêmes, ce sont plutôt les militaires qui nous autorisent à être là, dans les hangars, à voir des choses que normalement on n'a pas le droit de voir. C'est quand même incroyable de laisser pénétrer toute une équipe de cinéma dans un tel lieu. Ce qui est formidable dans le cinéma, notamment dans ce genre de film, c'est que parfois, il y a des portes qui s'ouvrent sur des mondes qu'on croit connaître, mais qu'on n'a jamais approchés. C'était impressionnant de parler avec ces hommes. On en a rencontrés de tous les grades, des jeunes novices qui rentrent à l'école à ceux qui ont déjà beaucoup d'heures de vol… Ce sont des types très sérieux, mais qui ont de l'humour aussi, qui ont ce besoin de décompresser qu'on peut voir dans le film d'ailleurs. C'est touchant de pénétrer cette intimité-là. C'est plus cela qui m'a impressionné que les avions, même s'il est vrai que ce sont des engins sidérants.

Géraldine Pailhas
Nous avons été tous merveilleusement accueillis, chacun des deux mondes désirant en savoir plus sur l'autre. Mais c'est d'abord la carte postale qui m'a emballée : l'uniforme, les Ray Ban, le soleil qui tape sur le tarmac, les mirages 2000…Tout cela était parfaitement photogénique.

Alice Taglioni

Le plus marquant est d'avoir pu effectuer, avec Benoît et Clovis, un vol réel… C'était incroyable. Je n'avais pas du tout d'appréhension, alors que je peux en avoir à bord d'avions « normaux ». Là, aucune peur, j'avais juste hâte qu'on parte, qu'on mette les pieds dans le cockpit et qu'on décolle. Même si, au bout de vingt minutes, quand on sait qu'il reste encore quarante minutes de vol, on a un peu l'estomac retourné. Et il y a les fameux G et le “voile noir”. On en prend plein la tête…

Clovis Cornillac
Initialement, je me suis dit qu'effectuer un vol tenait du privilège, voire du luxe. Mais très rapidement, je me suis rendu compte que ce n'était pas luxueux du tout ! En vol, j'ai eu ce qu'on appelle le “voile gris”, qui survient autour de 7G. On voit tout en noir et blanc. Il existe aussi le “voile noir” qui se manifeste par une perte de connaissance pendant dix secondes et puis d'un coup, on revient. J'ai évité ça, mais pas le “voile gris”. On se retrouve écrasé dans le siège, on voit tout en noir et blanc, et après… on a très mal ! Mais il y a pire ! Ce sont les G négatifs, qui correspondent à une manœuvre de l'avion, où le pilote pousse fortement sur le manche. Tout va vers l'avant, tout le corps semble vouloir sortir de lui-même par le haut. En gros, le cerveau pousse sur les yeux ! En fait, l'expérience a été formidable, parce que pour tourner tous les plans rapprochés, on a eu la chance de travailler dans un cockpit monté sur vérins qui pouvait bouger dans tous les sens, modifiant au passage les sensations physiques liées à ces efforts. Et le fait d'avoir fait un vol réel au préalable permettait au corps de se souvenir de ce qu'il avait subi, comme prendre des G, ce dont on n'a pas forcément l'habitude. Dès que le cockpit penchait d'un côté, mon corps se rappelait la sensation qu'on peut avoir en vol quand on prend 4, 5, ou 6 G… En moins violent, quand même !

Philippe Torreton J'envie Clovis, Benoît et Alice ! J'aurais adoré vivre cette expérience au moins une fois dans ma vie ! Le simple fait de voir décoller ces avions me fascine, ce sont quand même des engins fabuleux, et je n'ai même pas approché un simulateur… C'est une sacrée frustration.

Comment s'est passé le travail avec Gérard Pirès ?

Benoît Magimel

On a tous été très sérieux pendant la préparation du film mais pendant le tournage, ça s'est passé dans l'humour et la détente. Gérard est très précis. C'est aussi quelqu'un de droit et simple dans les rapports avec les autres. Sinon, en général, il est à côté de la caméra, très attentif aux acteurs. J'ai beaucoup d'amitié pour lui.

Clovis Cornillac
Vous preniez aussi des G ! Non, je plaisante ! C'est un type avec qui je m'entends très bien. Avec ce film, il semblait dans son univers. L'aéronautique, c'est sa passion. Lui aussi, dès qu'il peut être en l'air avec son hélico, des avions, des machins… il n'hésite pas. On se dit qu'il est passionné ! Donc c'était vraiment agréable. Ça s'est très bien passé.

Géraldine Pailhas
Il a une vision très nette de ce qu'il veut. Les prises étaient en général assez brèves, et le montage était déjà quasiment fait dans sa tête. Ça nous laissait un peu l'impression de ne pas maîtriser ce que l'on faisait, mais Gérard n'était jamais loin pour nous rassurer. Il ne lâche rien, il est très précis, mais il est aussi très disponible pour travailler sur des modifications de dernière minute.

Alice Taglioni
Il était formidable Monsieur Pirès ! Je m'entendais très bien avec lui. Je trouve que c'est un très bon directeur d'acteurs, très ouvert. Il est impressionnant parce qu'il sait tout à fait ce qu'il veut, et qu'il a son film dans la tête. Et ça, c'est rassurant pour un comédien, surtout sur un film comme celui-là.

Que pensez-vous du fait qu'un film de cette ampleur puisse voir le jour en France ?

Philippe Torreton
La France n'est pas le dernier pays au monde ! Nous disposons tout de même de quelques atouts, alors autant financer des projets comme celui-ci. Attention cependant à le faire correctement. Un film, ce n'est pas un concept, c'est un tout, c'est une histoire, c'est une équipe artistique et technique. Ce sont ces raisons qui font du cinéma un art compliqué. Il faut penser à tout. L'une des caractéristiques de ce film consiste dans le fait que chacun doit pouvoir en prendre pour son grade : il faut que les ados puissent adhérer au film, mais il faut aussi que le public plus adulte puisse sortir de là en se disant que l'histoire lui a plu. Quand on voit les films français qui sortent sur une année, on constate qu'il y a plein de choses très différentes. Il n'y a pas beaucoup de pays au monde qui peuvent se vanter de ça. Cette diversité offre certes le pire et le meilleur, mais elle a déjà le mérite d'exister. Je trouve qu'on devrait profiter de cela pour mettre en présence des gens que rien a priori n'amenait à se croiser… un peu comme sur ce film, ce que je trouve très encourageant.

Géraldine Pailhas
Quand on a la chance d'avoir autant de moyens techniques et artistiques, il n'est pas permis de faire un travail médiocre. On y tenait beaucoup. Notre ambition était grande.

Clovis Cornillac
En plus, le film touche quelque chose de mythique… Personnellement, je n'ai jamais rêvé d'être pilote. Mais quand j'ai annoncé que j'allais faire Les Chevaliers du Ciel (2004) , nombre d'amis - âgés de 20 à 80 ans - me disaient : “c'est génial !” Je n'avais pas imaginé deux secondes que certaines personnes que je connaissais allaient fantasmer sur un projet pareil ! Et tout d'un coup, j'ai mesuré que ça pouvait faire partie d'un fantasme collectif…

Entretien avec Benoît Magimel, Clovis Cornillac, Alice Taglioni, Géraldine Pailhas et Philippe Torreton
(extrait du dossier de presse du film)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fanny91
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2100
Age : 33
Localisation : Palaiseau
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Les chevaliers du ciel   Sam 24 Fév - 17:11

Whouaaah Merci pour l'article !!! Razz


sunny I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arcase
Grand ami de Clovis
Grand ami de Clovis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 866
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les chevaliers du ciel   Dim 25 Fév - 9:22

Merci Audrey!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arcase.skyblog.com
MacID4
Grand ami de Clovis
Grand ami de Clovis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2490
Age : 39
Localisation : Paris
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Les chevaliers du ciel   Dim 25 Fév - 23:00

Merci pour l'article, Bliss !

Perso, j'ai rencontré et eu un autographe de Gérard Pirés (sur le DVD des "Chevaliers du Ciel" !) à l'occasion de la sortie de ce dernier.
Il est venu sur mon lieu de travail (je suis militaire dans l'Armée de l'Air, postée au fort interarmées d'Ivry-sur-Seine [www.ecpad.fr], au bord du Sud-Est de Paris) où il a fait son service militaire...

Il a souligné le formidable travail de Dassault Aviation qui ont beaucoup travaillé sur les caméras embarquées sur les Mirage et Alphajet, du jamais réalisé... D'où les superbes prises de vues...
Il a dit que lors des vols d'essai des acteurs, Alice Taglioni s'était sentie plus ou moins comme un poisson dans l'eau et voulait repartir dès le pied posé sur terre, et que par contre Benoît et Clovis I love you en sortirent blèmes... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fanny91
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2100
Age : 33
Localisation : Palaiseau
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Les chevaliers du ciel   Lun 26 Fév - 17:59

Merci du témoignage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bliss
Agent de Clovis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 649
Age : 32
Localisation : 62
Date d'inscription : 22/11/2006

MessageSujet: Re: Les chevaliers du ciel   Lun 26 Fév - 18:05

merci MacID4

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arcase
Grand ami de Clovis
Grand ami de Clovis
avatar

Féminin
Nombre de messages : 866
Age : 28
Localisation : Nantes (44)
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Les chevaliers du ciel   Mar 27 Fév - 16:33

Merci Macid!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arcase.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les chevaliers du ciel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les chevaliers du ciel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Série "Les Chevaliers du ciel"
» Montrez moi vos montres!
» [Matchbox] Mirage IIIB "2-FG"
» FH1 Le mirage III de michel Tanguy
» STARLUX Les chevaliers du ciel !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clovis Cornillac :: Clovis Cornillac :: Interviews-
Sauter vers: